Medip@ss Connexion

Un hôpital 100 % digital_ DSIH 20

Type d'actualités Actualités Date janvier 2017

professionel de sant digitalD’ici à quatre ans, le nouvel hôpital de Lens sortira de terre. Dès sa conception, le projet a été pensé totalement numérique. Interview d’Edmond Mackowiak, directeur du CH de Lens.

Quelle est l’originalité de votre projet hospitalier ?
Edmond Mackowiak 
: Je porte le projet de ce nouvel hôpital à Lens depuis trois ou quatre ans. Son ouverture est prévue d’ici à quatre ans. Cet établissement est le support du groupement hospitalier de territoire (GHT) de l’Artois, composé de quatre CH (Béthune-Beuvry, Lens, Hénin-Beaumont et La Bassée) dont je suis le directeur. Ainsi, nous nous organisons non pas comme le plateau technique d’un hôpital, mais comme celui d’un territoire de 700 000 habitants.
La particularité du CH de Lens, établissement de référence de l’Artois, sera d’être le premier hôpital totalement digital. Il s’agit donc de concevoir une organisation territoriale plus qu’un bâtiment ou un lieu. Notre prisme est celui du parcours et de la filière de soins. Dans cette prise en charge, l’organisation des SIH est essentielle, la clé de voûte de cette organisation étant la mise en place d’un schéma directeur.

Quels sont les principaux enjeux d’une telle organisation ?
E. M. : Le premier est financier. Un investissement ne peut plus s’envisager à l’aune d’un seul établissement hospitalier. Nous avions mis en place, il y a une dizaine d’années, un projet très intéressant avec l’hôpital d’Arras qui se rapportait aux premiers programmes de territoires numériques. J’avais aussi ouvert l’hôpital de Douai avec comme priorité la performance des SI. Désormais, de tels projets ne sont plus envisageables pour un hôpital pourtant de taille supérieure. Nous savons aujourd’hui que la Direction générale de l’offre de soins n’aidera que des schémas directeurs de territoire et non plus d’établissements locaux, d’autant plus qu’ils englobent le parcours de soins de patients de plus en plus mobiles. Par ailleurs, nous devons envisager la coordination du parcours de soins entre les établissements d’un GHT tout en incluant les autres partenaires publics sociaux et sanitaires pour éviter les ruptures de parcours, les examens redondants… Le fait de disposer d’une gouvernance commune au sein du GHT renforce la nécessaire conception d’un sillage de territoire et non local.
Le second enjeu est organisationnel, avec un frein notamment dans la difficulté de concilier les méthodologies, les procédures… En tant que directeur des quatre établissements du GHT, je peux parler des intérêts de chacun. Cela facilite les choses car, en général, je suis d’accord avec moi-même. D’autre part, avoir un seul responsable du schéma directeur facilite sa mise en œuvre. Il faut penser territoire en fonction du cadre juridique et financier.
Le troisième enjeu est d’ordre plus structurel. Nous allons être les premiers à penser l’hôpital d’abord et avant tout d’un point de vue numérique, avant de réfléchir aux briques et aux services. Nous sommes les premiers à utiliser le BIM (Building Information Modeling) dès le départ et à l’imposer à l’ensemble des corps de métiers. Par exemple, l’investissement de quelques millions d’euros pour la mise en place d’un dossier patient informatisé (DPI) intégré, Cerner Millennium, est une opportunité majeure. Quand on pense au réseau avant de construire les murs, on se donne un potentiel extraordinaire dès l’ouverture du bâtiment, en 2020, notamment en termes de en termes de VDI.

Au-delà de ces freins, comment vous assurer d’être à la hauteur de vos ambitions ?
E. M. : Nous ne sommes pas les seuls à avoir une telle ambition. Il est donc intéressant de s’enrichir mutuellement en rencontrant les autres porteurs de projets de ce type et en échangeant avec eux. C’est un atout du MiPih qui propose un véritable partenariat en s’appuyant sur un réseau de collaborateurs issus du monde de la santé, au plus proche des préoccupations des hôpitaux.
D’ailleurs, le MiPih est un partenaire historique des établissements du GHT de l’Artois. Dans le cadre de la nécessaire interconnexion des systèmes autour d’un intégrateur, nous avons l’opportunité d’utiliser sa suite administrative pour les quatre établissements du GHT. Il s’agit d’un partenaire compétent, reconnu et national.
Le MiPih est un acteur qui intègre une démarche client/fournisseur comme nombre d’industriels. Il a été aux côtés de nos établissements dès les premiers instants, dans les grands projets de réforme s’appuyant sur le SIH et particulièrement le SIH administratif comme la Facturation individuelle des établissements de santé (Fides), en anticipant les impacts du GHT et la transformation des filières SIH. C’est cette vision prospective, sa proximité et la disponibilité d’acteurs qui parlent tous le même langage qui nous ont permis de nouer un réel partenariat. Nous allons donc développer notre collaboration.

Propos recueillis par Damien Dubois et publiés dans DSIH magazine.

 

© Copyright-2015 Mipih - Crédits Opus Conseil